Le prix Léon-Dion octroyé à Audrey Gagnon

C’est avec grand plaisir que la Société québécoise de science politique remet cette année le prix Léon-Dion à Audrey Gagnon (Université Concordia) pour son article paru dans le numéro 37 volume 1 de la Revue Politique et Sociétés : La construction des attitudes envers les Roms: le cas français

Le prix Léon-Dion est décerné, tous les deux ans, à l’auteur.e du meilleur article paru dans la revue Politique et Sociétés. Le ou la récipiendaire est choisi par un comité de sélection mis en place par le comité des candidatures du Conseil d’administration de la Société québécoise de science politique. Par ailleurs, le ou la récipiendaire du prix Léon-Dion voit son article traduit pour une publication dans World Political Science.

Cette année, le prix Léon-Dion récompense Audrey Gagnon pour son article La construction des attitudes envers les Roms: le cas français. L’article de madame Gagnon repose sur un matériaux très riche, accumulé à l’occasion d’une vaste enquête en banlieue parisienne. Travaillant sur un terrain sensible où les préjugés, l’incompréhension et les clivages politiques se croisent et se renforcent, l’auteure a démontré un remarquable doigté dans la collecte des données et leur traitement. Mais ce qui a impressionné par-dessus tout le jury, c’est la détermination d’Audrey Gagnon à situer son propos à l’intersection de la psychologie sociale, de la sociologie politique et des politiques publiques. Certes, il est aujourd’hui banal de prétendre transcender les frontières des sous-champs de notre discipline, mais rares sont ceux et celles qui parviennent réellement à joindre l’acte à la parole. Audrey Gagnon nous livre ici une belle leçon, combinant comme elle le fait une analyse très fine des relations intergroupes et de la ségrégation spatiale avec une attention à l’influence des politiques municipales. Même si elle ne s’épargne aucune peine pour décrire la complexité des mécanismes par lesquelles les attitudes négatives envers les Roms sont reproduites et diffusées, l’auteure souligne aussi l’impact positif de certaines politiques favorisant les contacts intergroupes. Le jury est particulièrement heureux de saluer cette nouvelle voix de la science politique québécoise.

La SQSP tient également à souligner les deux autres articles en nomination pour ce prix: