Le prix Jenson-Pétry 2019 décerné à Simon St-Georges

C’est à l’occasion de son 57e Congrès annuel que la Société québécoise de science politique a décerné le prix Jenson-Pétry, récompensant le meilleur mémoire de maîtrise rédigé en français, à Simon St-Georges de l’Université de Montréal. Le comité d’évaluation composé de Mathieu Arès (Université de Sherbrooke), Dominique Caouette (Université de Montréal) et Serge Granger (Université de Sherbrooke) a choisi de récompenser le mémoire de Simon St-Georges parmi les 8 mémoires en liste pour le prix Jenson-Pétry. Intitulé L’adoption des Accords de Poursuite Suspendue au Canada : le pouvoir politique bien peu silencieux d’un champion national, le mémoire a été récompensé pour sa pertinence sociale, la qualité de son analyse et de son cadre théorique ainsi que pour l’application systématique de l’hypothèse dans l’analyse des sources.

Le mémoire observe les dynamiques de pouvoir ayant mené à l’inclusion des « accords de poursuite suspendue » (APS) au Code criminel canadien en prenant SNC-Lavalin comme étude de cas. L’hypothèse centrale du mémoire affirme que le gouvernement canadien a répondu à une demande de SNC-Lavalin visant à décriminaliser les pratiques de corruption corporative à l’étranger et au pays. Par le biais des représentations lobbyistes et le croisement de sources, campagnes et énoncés de SNC-Lavalin, le mémoire démontre clairement que les interventions de la firme d’ingénierie auprès du gouvernement canadien ont porté fruit puisque le projet de loi sur les APS fut inclus dans un bill omnibus, loin des regards et des débats. Écrit durant le début de la controverse sur les APS, le mémoire s’avère prophétique puisqu’il souligne qu’un APS octroyé à SNC-Lavalin n’est pas garanti mais possible. À la lueur de d’autres développements concernant SNC-Lavalin et le gouvernement canadien, le mémoire pose une question fondamentale sur l’impunité corporative et un système de justice à deux vitesses.

La SQSP tient à souligner également l’excellence de tout-e-s les candidat-e-s au prix Jenson-Pétry en les remerciant de leur contribution à la science politique francophone:

  • Tristan Rivard, Université de Sherbrooke
  • Jean-Sébastien Marsolais, Université de Sherbrooke
  • Anthony Vignault, UQAM
  • Andréanne Oligny-Bissonnette, UQAM
  • Guillaume Deschênes-Thériault, Université d’Ottawa
  • Catherine Ouellet, Université Laval
  • Mathieu Lavigne, Université de Montréal
  • Simon St-Georges, Université de Montréal (récipiendaire)

 

Félicitations à tout-e-s les nominé-e-s!!