Conférence internationale: « Pour en finir avec les fausses nouvelles »

Période d’inscription

Date: 9-10 novembre 2018

Lieu: BANQ – 475, boulevard De Maisonneuve Est, Montréal, Canada

 

Faites entendre votre voix !

La diffusion à large échelle d’informations peu fiables, voire trompeuses, participe à un climat de méfiance envers les médias et contribue à l’apathie civique. Elle s’inscrit dans un contexte de transformation médiatique accélérée et elle soulève des questionnements à propos de la capacité des divers auditoires à procéder à une analyse critique du travail journalistique et de l’information. Le contexte à l’intérieur duquel s’inscrivent les discussions sur les fausses nouvelles est particulier. Les médias traditionnels sont confrontés à une crise économique et politique majeure. La confiance du public envers les journalistes a atteint des niveaux historiquement bas, alors que les modèles économiques sur lesquels repose la production journalistique s’effondrent et que les décideurs politiques alimentent la suspicion envers les institutions phares du journalisme. Cette crise se déploie alors que le spectre de connaissances et de compétences nécessaires à l’évaluation critique de l’information journalistique s’étend et se complexifie considérablement. Une telle évaluation requiert désormais des auditoires qu’ils disposent de compétences en recherche et en analyse de l’information, qu’ils maitrisent les bases de l’économie politique de la production et de la circulation de l’information au sein d’environnements numériques complexes, qu’ils comprennent le fonctionnement des plateformes de diffusion de l’information, et qu’ils disposent d’une certaine connaissance des normes et des genres journalistiques. La prolifération des fausses nouvelles s’inscrit donc dans un contexte de crise où l’on redécouvre et reconsidère la question des compétences nécessaires à l’analyse critique du travail journalistique et de l’information.

Ces deux journées auront pour objectif de faire émerger des discussions qui dépasseront la question des fausses nouvelles pour examiner les pratiques, les politiques, les programmes et les outils développés au Québec, au Canada et dans le monde en éducation aux médias. Les activités organisées comprendront une conférence d’ouverture et deux séances plénières. Des ateliers simultanés seront dirigés par des animateurs et des animatrices afin d’aborder les questions qui guident cet événement et de proposer des recommandations concrètes en matière d’éducation aux médias. Tous les participants seront appelés à participer activement à ces ateliers.

L’événement participatif Pour en finir avec les fausses nouvelles a donc pour objectif de proposer des recommandations concrètes pour renforcer les politiques publiques et les pratiques en éducation aux médias. Ainsi, il souhaite regrouper – tant à travers les panélistes que les participants – des éducateurs et des éducatrices, des journalistes, des décideurs et des décideuses politiques, des universitaires, des militants et des militantes, des membres du public, ainsi que des experts et des expertes au cours de deux journées d’activités qui se tiendront à Montréal les 9 et 10 novembre 2018.

Toutes les présentations et discussions seront traduites simultanément en français et en anglais. L’événement est gratuit, mais l’inscription est obligatoire et les places sont limitées. Des rafraîchissements et des collations sont servis pendant la journée du 10 novembre.

APERÇU DES ACTIVITÉS

9 novembre 2018

  • Conférence d’ouverture et réception en soirée
  • Conférenciers invités : Line Pagé & Chenjerai Kumanyika

10 novembre 2018

  • Séance plénière du matin
  • Ateliers participatifs simultanés
  • Dîner (offert)
  • Ateliers participatifs simultanés
  • Séance plénière de clôture

Consultez le programme complet de l’événement

Cliquez ici pour l’inscription (gratuite, mais obligatoire)

Événement organisé par la Chaire de recherche du Canada en éducation aux médias et droits humains, la TÉLUQ, le Groupe de recherche en communication politique, le Centre d’études sur les médias, et Bibliothèque et Archives nationales du Québec.

Comité organisateur: Normand Landry (TÉLUQ), Colette Brin (CEM, Université Laval) et Thierry Giasson (GRCP, Université Laval)