Publications de nos membres

Un des objectifs principaux que s’est donné la Société québécoise de science politique est de pouvoir favoriser un milieu propice à l’avancement de la recherche pour les professeur-e-s, professionnel-le-s et étudiant-e-s faisant partie de son réseau. Cette page vise à mettre de l’avant les ouvrages publiés par nos membres et ainsi, rendre visible l’excellent travail de notre communauté scientifique.

 

Deux économistes à contre-courant: Sylvia Ostry et Kari Polanyi Levitt
Auteur-e-s: Michèle Rioux et Hughes Brisson

Sylvia Ostry et Kari Polanyi Levitt comptent parmi les figures importantes de l’économie du XXe siècle au Canada, mais aussi dans le monde. Chacune à sa manière, elles ont influencé les politiques publiques nationales et la coopération économique mondiale, et ont participé à la construction de la politique étrangère canadienne. Le récit édifiant qui résulte de leur engagement professionnel expose d’un même tenant les transformations politiques, économiques et sociales des cent dernières années ainsi que l’évolution de la pensée de deux intellectuelles animées par les idéaux de justice sociale qui ont marqué leur époque.

 

 

 

L’impasse terroriste. Violence et extrémisme au 21e siècle 
Auteure: Aurélie Campana

Comment expliquer un attentat dans un cinéma aux États-Unis, dans une mosquée à Québec ou sur une promenade à Nice, en France ? Quelles sont les motivations qui poussent certains individus à commettre des actes aussi odieux que violents ? Comme une chimère, le terrorisme prend plusieurs visages en exploitant, entre autres outils, les réseaux sociaux. Mais en faisant des amalgames douteux associant radicalisme, islam et terrorisme, on occulte dangereusement les véritables causes de la violence politique pratiquée par plusieurs groupes extrémistes ou par des loups solitaires… Une telle confusion entraîne nécessairement des ratés dans la lutte contre le terrorisme, qui risque hélas d’être une bataille sans fin. La science politique apporte des éclairages utiles et essentiels à ce problème. Elle permet de mieux cerner les intérêts géopolitiques obscurs qui se cachent derrière ces tragédies répétées.

 

 

Le conservatisme à l’ère Trump
Sous la direction de Rafael Jacob et Julien Toureille
Préface de Frédérick Gagnon

Il y a dix ans, le fondateur de la Chaire Raoul-Dandurand, Charles-Philippe David, dirigeait avec Julien Tourreille un ouvrage collectif dressant un portrait du conserva­tisme aux États-Unis. Une décennie plus tard, force est de constater que les boulever­se­ments survenus au cours des dernières années sur la scène politique américaine – la crise économique et financière de 2008 ; la descente aux enfers de la présidence Bush ; l’élection historique, puis la réélection de Barack Obama ; la montée du Tea Party et les gains également historiques du Parti républicain au Congrès et au sein des gouvernements d’États ; et, finalement, l’élection fracassante de Donald Trump et son arrivée à la Maison-Blanche – ont contribué à transformer le mouvement conservateur. Maintenant et pour les années à venir, les répercussions sont importantes pour la gouvernance à Washington et au-delà des frontières américaines. Le besoin est donc né, pour les auteurs du présent ouvrage, de revisiter le portrait du conservatisme américain réalisé à l’époque. L’objectif de ce livre est de fournir au lecteur une compréhension globale de ce que constitue le conservatisme américain à l’ère Trump. Il décrit, à l’attention de quiconque s’intéresse à la politique américaine, comment le mouvement a été façonné, comment il continue à être remodelé, et quelle influence il peut avoir au sein de la plus puissante démocratie de la planète.

 

Les défis du pluralisme: à l'ère des sociétés complexesLes défis du pluralisme à l’ère des sociétés complexes
Auteur: Félix Mathieu

Dans nos sociétés dites postfactuelles, il importe de comprendre et de simplifier la pensée des philosophes qui ont réfléchi au pluralisme pour développer un regard critique face aux sophismes ou aux raccourcis intellectuels véhiculés. Il faut mettre à l’épreuve des faits les multiples affirmations des dirigeants et des analystes politiques. Cela dit, alors qu’on célèbre en 2017 le 150e anniversaire de la fédération canadienne, l’heure est également au bilan de la coexistence des différents partenaires de l’association politique.

Le présent ouvrage propose une analyse théorique, empirique et normative des débats qui portent sur l’aménagement de la diversité ethnoculturelle et sociétale dans les démocraties libérales contemporaines. Animé par un désir de clarification conceptuelle des outils permettant d’interpréter le langage complexe du multiculturalisme, de l’interculturalisme, du nationalisme et du fédéralisme, l’auteur s’adresse à la fois au monde universitaire et aux citoyens engagés.

Adoptant une posture critique et normative, l’auteur veut repenser les fondements du fédéralisme canadien, de sorte que le Canada soit véritablement ouvert à la diversité issue de l’immigration, mais aussi à celles de la nation mino­ritaire québécoise, des nations autochtones, sans oublier celles de la minorité nationale anglophone du Québec et du groupe anglophone majoritaire au Canada.

 

Démocratie: mythes et réalitésDémocratie: Mythes et limites. Regards sur l’expérience haïtienne
Auteur: John Miller Beauvoir

La démocratie représentative est-elle en crise? Les multiples dysfonctionnements du système et le cumul des déceptions des populations font appel à une réflexion critique sur l’avenir de la démocratie formelle. Comment bonifier le contrat social, pour reprendre la terminologie de Rousseau, qui lie le citoyen avec les institutions intermédiaires se chargeant de le représenter? Comment éclater la bulle bureaucratique afin que l’Etat se rapproche du plus ordinaire des citoyens? Comment rendre accessible le discours technicisé du fonctionnaire et la langue de bois des vendeurs de rêve de l’arène politique pour créer la confiance entre la chose publique et le citoyen qui accepte de déléguer sa souveraineté? Ces questions sont désormais posées autant par la femme autochtone de l’Altiplano Bolivien que par le jeune chômeur déambulant dans Managua (Nicaragua). Elle est sur les lèvres des pêcheurs délaissés de l’Ile de la Tortue (Haiti) et de Chicoutimi (Canada). Après 30 années de transition balbutiante vers la démocratie, l’expérience haïtienne est analysée à la lumière des grandes idées politiques, des théories, et des procédures universellement reconnues. Constat: “La Deuxième République” de l’ère démocratique s’impose. Elle implique une remise à plat du système de gouvernance, du sol jusqu’au plafond, tout en misant sur les atouts d’Haïti que représentent, entre autres, la jeunesse, la diaspora, et les multiples héritages matériels et immatériels du terroir. …Et si tous ces arrangements institutionnels, ces garnitures, ces discours officiels, ces élections successives (et toute l’aide qui vient avec) n’ont en rien contribué à l’édification de la démocratie réelle?