Appel à contributions: Politique(s) précaire(s) : néolibéralisme et contre-pouvoirs

Politique(s) précaire(s) : néolibéralisme et contre-pouvoirs

2e colloque du Réseau étudiant de la SQSP*

22 novembre 2019 | Université de Sherbrooke

°°°Descriptif

Le contexte néolibéral a précarisé et marginalisé nombre de personnes du point de vue économique, mais il a aussi créé un climat d’incertitudes sociopolitiques. Les avancées pour les femmes, les populations en situation d’handicap, LGBTIQ+ et racisées sont menacées par la montée des nationalismes exacerbés, de l’islamophobie, de l’extrême-droite, de l’antiféminisme et du désengagement de l’État. Ainsi, la responsabilité des insécurités économiques et politiques croissantes retombe sur les individu.e.s : c’est à eux et elles de trouver les solutions pour surpasser les conditions de vulnérabilité. La gouvernance néolibérale n’est plus seulement un modus operandi du capital, mais elle est devenue un instrument de pouvoir pour une minorité.

La précarité, en situation de paix comme de guerre, est devenue structurante. Les protections sociales s’amenuisent et, avec leur perte, nous avons assisté au développement de la précarité dans le Nord et le Sud, affectant tout spécialement les groupes historiquement marginalisés et subalternalisés. La temporalité courte de l’emploi, la spatialité précaire de la vie, perpétuent les inégalités sociales et politiques globales.

La précarité est-elle devenue le mot d’ordre du politique? S’est-elle convertie en une nouvelle forme de régulation du politique (Butler, 2015)? Le « précariat » (néologisme issu de précarité et prolétariat) est-il en passe de devenir une classe sociale (Standing, 2011)? La précarité a-t-elle un pouvoir transformatif? Dans quelles mesures les mouvements sociaux se sont-ils reconfigurés face aux mesures néolibérales et globales de précarisation de la vie et du travail?

Et si la précarité était pourtant le point rassembleur de la politique contemporaine? Des migrations aux conflits armés, des crises financières à l’abandon étatique, des inégalités politiques à la montée des extrêmes-droites et de la haine, la condition précaire semble se dessiner comme une possibilité de transformation sociale. Comme l’a souligné Bernadette Ségol : « Est-ce que la précarité est notre seule vision du futur? ». Il existe donc une nécessité critique d’interroger le concept de précarité en science politique, tout particulièrement, de comprendre le rôle de l’université dans les luttes sociales contre la précarité.

Ce 2e colloque du Réseau étudiant de la SQSP* vise à interroger le concept de précarité, ses effets et ses possibilités pour l’action politique. Nous invitons donc les étudiant.e.s de tous les sous-champs de la science politique à soumettre des propositions de communications afin de rendre compte du paysage politique global actuel.

//.Thématiques

Ainsi, les enjeux suivants se présentent comme des possibles sites de questionnements pour les communications étudiantes :

  • La précarité dans la discipline de science politique
  • Économie politique, précarité d’emploi
  • Réponses des politiques publiques à la précarité
  • Résistances aux politiques de précarisation néolibérales
  • Contestations féministes de la précarité
  • Relations internationales : crises globales de précarisation
  • Conflits armés et précarisation
  • Précariat (précarité + prolétariat)
  • Savoirs politiques et précarité
  • La non-durabilité : précarité environnementale
  • Précarité et sécessionnismes politiques
  • Migration et précarisation de la vie
  • Politiques de précarisations 
  • Néolibéralisme et conditions précaires
  • Le genre de la précarité
  • Populismes et montée des droites
  • Citoyennetés précaires
  • Résistances numériques à la précarité
  • Politiques de la vulnérabilité
  • Dépossession
  • Imagination sociale : au-delà du précaire
  • Le rapport religion-précarité
  • Affects : politiques de dé-précarisation
  • Constitution du sujet politique précaire
  • Intersectionnalité dans les rapports de précarisation
  • Précarité conceptuelle

~Dates importantes//

15.10.2019 Date limite pour l’envoi des propositions

31.10.2019 Réponse du comité de sélection

22.11.2019 Colloque étudiant à partir de 8.30 am

::Propositions~

Les propositions doivent suivre les indications suivantes :

  • Titre (maximum 15 mots) et résumé (maximum de 300 mots) de la proposition
  • Inscrire un des axes thématiques dans lequel votre proposition s’inscrit
  • Indiquez votre nom, affiliation universitaire, degré d’étude ainsi que votre courriel
  • Courriel d’envoi des propositions : sqsp@uqam.ca

Télécharger l’appel en version PDF.

Société québécoise de science politique

www.sqsp.uqam.ca

Facebook :: Instagram :: Linkedin :: Twitter

____

*Anciennement sous l’appellation CRESP (Colloque de la recherche étudiante en science politique), le Réseau étudiant de la SQSP (RéSQSP) a été relancé en 2018 par les étudiantes membres du conseil d’administration de l’organisation. Le 15 mars 2019, un premier colloque a eu lieu à l’Université de Montréal sous le thème Du peuple à l’état : resituer/restituer le « pouvoir » en science politique.